La disparition, pendant deux jours, de l’ex ministre et journaliste, Guyler C. Delva, alimente les débats sur les réseaux sociaux.

Les proches de M. Delva, tel M. Valery Numa, déplorent la haine véhiculée dans de nombreux messages. Il met également en garde contre les fake news.

Le cas du coordonateur de SOS Journalistes nécessite des soins intensifs à l’étranger. M. Numa estime que son collègue n’avait pas fait montre de perspicacité puisqu’il n’avait pas signalé son déplacement à ses proches.

Selon les premières informations les responsables de l’hôtel avaient eu des échanges par téléphone la veille avec M. Delva. Il avait assuré qu’il était en forme, rapportent les responsables de l’hôtel qui l’ont repéré grâce à la plaque d’immatriculation de son véhicule.

M. Numa, également entrepreneur dans le secteur de l’hôtellerie, soutient que la direction de l’hôtel en question ne peut être tenue pour reaponsable de l’accident.

M. Delva, actif en tant que journaliste et militant dans le secteur du syndicat de la presse, était hypertendu. M. Numa précise que la majorité des haïtiens ne sont pas informés de leur condition sanitaire.

LLM / radio Métropole Haïti






SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your name here
Please enter your comment!