Le chef de l’état haitien, Jovenel Moïse, s’est résolu à prendre en charge la préparation du dialogue national. M. Jude Charles Faustin, conseiller du chef de l’état, a révélé au journal Le Nouveliste, que le président Moïse joue pieds et mains afin de rencontrer les chefs de file de l’opposition radicale dont l’ex président Jean Bertrand Aristide, l’ex sénateur Moïse Jean Charles et maître André Michel.

Il s’agit de l’aile dure de l’opposition qui ne cesse de réclamer la démission du chef de l’état.

M. Faustin a déploré que l’ex président Aristide n’ait pas accepté de recevoir la correspondance du chef de l’état.

En réaction la coordinatrice de Fanmi, Maryse Narcisse, a indiqué que son parti ne reconnaît pas ce qu’elle qualifie de coup d’état électoral qui a permis l’accession de M. Moïse à la premiere magistrature de l’état. Le parti préconise le départ du chef de l’état et la formation d’un gouvernement de transition sur trois ans.

M. Moïse avait au cours des dernières semaines réalisé des pas dans la bonne direction après ses rencontres avec les ex présidents Boniface Alexandre et Jocelerme Privert.

M. Moïse n’entend pas lâcher prise et s’est entretenu le jeudi 28 mars 2019 avec le coordonateur général du RDNP, Éric Jean Baptiste.

Le dialogue national semble être une des priorités de Jovenel Moïse qui doit dans le même temps nommer un Premier Ministre.

C’est une véritable course contre la montre pour le chef de l’état qui doit faire ratifier son gouvernement et voter le budget dans les 30 jours afin d’obtenir le prêt confessionnel de 229 millions de dollars du Fonds Monétaire International (FMI).

LLM / radio Métropole Haïti

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your name here
Please enter your comment!