Les deux présidents sont arrivés ce lundi 16 juillet 2018 à Helsinki, l’un d’Ecosse, l’autre de Russie, et débutent leur rencontre par un tête-à-tête. C’est la première fois que Vladimir Poutine et Donald Trump tiennent un sommet. Ces dernières années, les relations entre Moscou et Washington n’ont fait que se dégrader. Les motifs de brouille sont nombreux : l’Ukraine, la Syrie, l’ingérence supposée des Russes dans la présidentielle américaine. La rencontre inquiète.

Avec notre envoyée spéciale à Helsinki,  Anastasia Becchio

La Finlande, Etat-membre de l’Union européenne, certes, mais pas l’Alliance atlantique. Plus grand pays limitrophe de la Russie en Europe. L’anti-modèle polonais en matière de relations avec Moscou. Et donc le lieu idéal, de longue date, pour une rencontre au sommet entre la Russie et les Etats-Unis. Les deux présidents sont face à face avec leurs seuls interprètes en vue d’un premier entretien prévu pour durer une heure et demie. Vladimir Poutine, fort de 18 années d’expérience du pouvoir, va-t-il avoir l’ascendant ? Pourrait-il convaincre Donald Trump de faire de concessions sur certains dossiers qui empoisonnent les relations ?

Juste avant le début de la rencontre, Vladimir Poutine et Donald Trump ont brièvement pris la parole. « Il m’est très agréable de vous rencontrer à Helsinki, sur cette terre très hospitalière qu’est la Finlande. Nos contacts avec vous sont réguliers. Ces derniers mois, nous avons parlé au téléphone, nous nous sommes rencontrés à plusieurs reprises en marge de réunions internationales, mais maintenant l’heure est venue de parler de nos relations bilatérales sur le fond, et d’évoquer divers points de tension dans le monde. Il y en a assez qui méritent que nous commencions à y prêter attention », a déclaré le chef de l’Etat russe.

MM. Trump et Poutine doivent ensuite être rejoints par leurs délégations respectives pour un déjeuner de travail russo-américain. Les discussions se déroulent dans le palais présidentiel finlandais, au bord de la mer Baltique, un bâtiment du XIXe siècle qui fut un temps une résidence des tsars lorsque ce pays nordique faisait partie de l’Empire russe, et qui a accueilli George W. Bush et Mikhaïl Gorbatchev puis Bill Clinton et Boris Eltsine. Leurs successeurs vont-ils parvenir à sortir de ce sommet avec des avancées concrètes ? Rien ne le dit.

SHARE

LEAVE A REPLY

Please enter your name here
Please enter your comment!